L'interview :

Aujourd'hui nous nous penchons sur la carrière et le parcours singulier de notre ami Christophe, j'ai nommé asHeR [Endokrin Sound System]. Déjà plus de 15 ans qu'il baigne dans la culture de la musique électronique underground : on peut dire qu'il s'agit d'un "ancien" déjà, et je suis véritablement honoré d'avoir pu interviewer ce monument de l'Acid music en France... AsHeR n'avait jamais accordé d'interview, je le remerci donc pour son ouverture d'esprit, son abnégation et son professionnalisme !

Klark D. : Salut Christophe ! pourrais tu te présenter, nous parler de ton parcours dans l'univers de la "Free Party" ?

Alors moi c'est asHeR, (Christophe ou Tof pour les intimes), fondateur de Endokrin en 1999, un sound System qui privilégiait le live. J'ai tout d'abord connu la Techno dans ce qu'on appelait les "raves", pour ensuite vivre la déferlante Hardcore, typique à notre région, et enfin j'ai connu les Free Party.

Au départ, je n'ai pas adopté ce mouvement à 100 %, parce que je le trouvais très réducteur : peu de variété musicale, tenue vestimentaire conformiste, manière de danser très standardisée... tout cela donnait un résultat très froid. De nos jours, le mouvement "Free" a évolué de manière intéressante : on y retrouve l'ambiance déjantée que l'on pouvait trouver dans les "Raves", une plus grande variété musicale, et l'aspect "fêtes libres" y a été conservé.

Quand on organisait nos premières soirées, nous n'employons pas le terme de "Free Party"... nous préférions parler de fêtes dans des lieux insolites, avec une liberté totale, et à moindre coût !

 

 Ca pixelise ? ben normal c'est une VRAIE photo d'époque les gens

 

asHeR Quelques mots sur ce que j'ai fait, musicalement parlant :

Liveur en solo tout d'abord, au seins de nos teufs, dans un style que l'on pourrait qualifier d'Acid Hardtechno. Le terme Acidtribe, n'existait pas encore. J'ai ensuite fait parti d'un duo crée avec mon frère Dozer, dans un style plus dur, très proche du Hardcore : l'aventure Dozash avait débuté ! C'était entre 2000 & 2002.

Notre duo a connu un franc succès, tout d'abord dans les soirées underground, puis lors de soirées légales et commerciales, aux côtés des standards du Hardcore Français de l'époque, tel que Laurent Hô, Micropoint, Joshua, Speedfreaks... Ce type de soirées ne nous correspondant pas pour diverses raisons, nous avons décidé de clore ce duo et de repartir sur autre chose...

Nouvelle création de duo entre 2002 & 2004, avec Jamsh cette fois, et dans un style encore plus dur (700°) : histoire de clôturer la partition "musiques violentes" de mon parcours. C'est après cette période turbulente, que je suis revenu dans uns style un peu plus calme. La, j'étais seul derrière les machines : Acidcore !!!

 

Klark D : à titre personnel, je trouve que les styles de musiques électroniques diffusés en "Free Party" se sont énormément "universalisés/formatés", ces dernières années... ton avis sur la question ?

asHeR : Justement, je trouve que depuis 2010, les soirées sont plus variées, musicalement parlant, par rapport aux années 2000. On peut aller en Free et entendre de la Minimal, de la Drum'&'Bass, du Hardcore, de la Tribe, de la Trance, de la Techno, de l'Acid ou d'autres styles, plus farfelus encore !

Le seul truc qui me fait peur en ce moment, c'est l'énorme succès de l'Acid Music... le nombre d'artistes qui s'y mettent actuellement : c'est simplement hallucinant !! Je pense qu'on peut vraiment arriver à saturation si la diversité n'est pas au rendez vous !

 

Klark D : lors notre dernière discussion, tu m'avais confié être "tombé dans l'AcidTribe quand tu étais plus jeune". Peut t'on te considérer comme l'Obélix Lorrain de l'AcidCore ?

asHeR : Disons que j'ai découvert l'AcidCore par hasard aux Eurockéennes de Belfort. Pas dans le festival, mais sur un sound system qui posait sur le camping : je me suis pris une grande claque !!! J'ai retrouvé le morceau bien après... C'était Brain 2, un morceau résolument Acid, avec une TB-303 des plus efficaces !

Depuis, j'ai la nette impression qu'un morceau n'est jamais vraiment terminer tant qu'il n'a pas sa propre ligne Acid !! :-)  

 

 

Klark D : du coup, tu t'es clairement orienté vers ce type de musique à tes débuts ? ou bien, a tu commencé par d'autres styles électro (genre Techno underground, Tribe, Pumpin Tribe ou autres) ?

asHeR : J'ai composé quelques trucs très rapidement (avec un synthé Roland et un Amiga), dans un style proche de ce que j'avais découvert en écoutant le premier Thunderdome et ensuite, j'ai entendu ma première boucle Acid et ce fût le début d'une longue histoire d'amour...

 

 

Klark D : a tu commencé par l'art du mix avant de te mettre à la production musicale sur machines ? et si oui, vinyles ou CD ?

asHeR : Je me suis mis au mixage très rapidement, avec des platines récupérées sur une disco-mobile, et dans un style progressant de l'AcidCore, au Hardcore... mes productions personnelles n'étant pas suffisamment abouties. Je jouais lors de petites soirées entre potes mais ils n'avaient pas l'air emballés... :-)

Mon 1er live en public m'a prouvé le contraire : les gens étaient très réceptifs !! la, c'était parti pour la composition !

 

 Klark D : d'ou te viennent tes inspirations ? des artistes qui t'ont inspirés et/ou qui t'inspirent encore ?

 asHeR : Mes premières inspirations sont pour moi, les bases de l'Acid... Emmanuel Top, Stay Up Forever, Brain, Smitten...

Actuellement, je n'ai plus d'inspirations spécifiques. En effet, je n'ai plus vraiment le temps d'écouter ce que font les autres... le peu de temps que j'ai à consacrer à la musique me sert à faire évoluer au mieux la mienne. La vie de famille c'est très bien, mais ca prend du temps. :-)

 

 Klark D : parles nous un peu de ton label et de tes productions...

asHeR : Oniroblaste est un label plutôt humble, qui donne accès à nos productions à moindre coût. J'aime à penser que la musique se partage, et ne se vende pas. Comme je le dit souvent, c'est le disque que je vend, et non la musique qu'il y a dessus.

Nous faisons figurer sur chaque skeud des artistes locaux qui n'ont encore jamais eu l'opportunité de presser, aux côtés d'artistes plus connus, ayant déjà fait leurs preuves. Tout cela, avec une touche Acid, évidemment !

Pour ce qui est de mes propres productions, je compose principalement en duo, généralement avec mon collègue Jamsh. Chacun donne des idées à l'autre en mettant en place ses propres sons, c'est très enrichissant ! Cela peut être dans des styles très variés tant qu'il y a une ligne Acid efficace ! :-)

 

 

 

Klark D : quels sont les objectifs que tu te fixe actuellement ?

asHeR : J'aimerais que le label continue à fonctionner de cette manière et que je puisse continuer à jouer comme c'est le cas actuellement. En fait, je suis vraiment à l'aise en ce moment : je joue une fois par mois dans une soirée qui me plaît, avec un public qui aime ce que je lui propose, et pas trop loin de chez moi... Que demander de plus ??

 

Klark D : de futurs projets ? une petite exclu pour les lecteurs de notre webzine ?

asHeR : En ce moment, je commence une série de duos qui ne sont pas forcément issus de l'univers Acid. Ca a commencé avec "TheCrashbreaker", le track est disponible à l'écoute sur Soundcloud d'ailleurs... Je peut vous lâcher quelques noms en exclu pour les duos suivant... Al Core, Naya, Miltatek, Ind, The Mastery...

  

Klark D : qu'est ce qui fait d'après toi, la culture de la musique électronique underground, en 2016 ? quelle est l'image que tu t'en fais, vis à vis de ta longue progression dans le mouvement ?

asHeR : Pour moi, la musique électronique underground doit être synonyme d'humilité, de partage, et de simplicité : des valeurs qui me sont chères. Personnellement, je fuis les scènes et les fêtes commerciales, et je reste proche des lieux et des milieux alternatifs, qui sont à l'opposé des endroits dédiés au commerce de la fête (exemples : boites de nuits, clubs, et autres...)

Après, peu importe le style joué tant que l'émotion est au rendez vous ! 

 

Klark D : à tes yeux, ça bouge dans le bon sens dans le mouvement "Free" ? que penses tu des mentalités actuelles dans le milieu ?

asHeR : Alors la... question compliquée... d'une teuf à l'autre, c'est le jour et la nuit ! Quand on organise des fêtes libres, on peut s'attendre à tout ! Dans la même soirée, c'est toujours la première de quelqu'un et la dernière de quelqu'un d'autre... et oui, la roue tourne !

Pour ma part, les principaux efforts à faire sont de l'ordre du respect... respect individuel, respect collectif, et respect du lieu ! Le jour où tout le monde ramènera chez soi, ses propres déchets, un grand pas en avant sera franchi :-)

AUTOGESTION !!!

 

 

Klark D : des idées pour que le mouvement "Free" perdure, surtout vu la répression toujours plus importante dont les forces de l'ordre font preuve, à chaque manifestation ?

asHeR : J'ai la nette impression qu'il y a un mieux en ce moment, principalement dans les petits rassemblements (env. 500 personnes max.). Tous les weekends il y a au moins 3 ou 4 teufs dans la région et on ne parle de véritables saisies que très rarement...

Pour que les flics nous lâchent un peu, il faut aussi que les gens fassent un effort et arrêtent de conduire dans des états seconds ! En "Free Party", on peut rester tout le temps que l'on veut ! Le jour ou les flics ne choperont plus personne, peut être que ça ira mieux !

 

Klark D : les gendarmes ne font, certes, que leur travail, cependant, puis-je te demander ce que tu penses de la démarche actuelle des forces de l'ordre en France, vis à vis du monde des "Free Party", notamment depuis l'instauration de "l'état d'urgence" ?

asHeR : dans les soirées ou je joue, ils se contentent souvent de poser un barrage à la sortie... Par contre, si la teuf se déroule dans un endroit illégal, ils feront tout pour la stopper. Généralement, les teufs se déroulant sur un terrain privé, (loué ou prêté), par un particulier se passent bien. Comme on dit entres organisateurs, il vaut mieux avoir un barrage à la sortie, plutôt qu'un mort sur la route !

 

Klark D : Parlons un peu matos tous les deux. Peut tu nous donner la composition de ton rack, plutôt impressionnant si je puis dire. Tu joue en full hardware apparemment ? 

asHeR : oui, full hardware ! Beaucoup de choses dans mon rack effectivement... des séquenceurs (Yamaha Rm1X), des sources sonores (Jomox Xbase, Nord Rack 2X, DSI Morpho, XoX Box, Syntecno Teebee, Roland MC-303). Des effets aussi (distorsion à tube, et à lampe, compresseur, filtre Shermann, Ring modulator) + une régie Mackie, pour mélanger le tout... !

Klark D : Jomox, Shermann, Yamaha... Du lourd !

 

Klark D : tu lives toujours en impro ? pour quelle(s) raison(s) ? prend tu plus de plaisir à jouer de cette manière ?

asHeR : oui toujours ! c'est de la semi-improvisation on va dire. Je prépare certaines choses en amont tout de même. Après, libre à moi de jouer de la manière que je souhaite : tel un cuisinier, ou un alchimiste, je peut ajouter ou enlever une pincée de ceci ou de cela n'importe quand ! Les gens qui m'entendent jouer régulièrement ne s'en lasse pas. J'en déduis que le résultat obtenu est différent à chaque live ! 

En tout cas, pour ma part, c'est la seule manière de jouer !!! construire un setup sous Ableton Live + contrôleur, dans le seul but de pouvoir jouer plus loin... cela ne m'intéresse pas !

 

 

Klark D : que penses tu justement de cette nouvelle vague de producteurs/compositeurs, et même de DJ, qui privilégient à 100% les performances live sur PC/MAC, plutôt que sur machines ou platines ?

Ca ne me parle pas spécialement... moi j'ai toujours connu les machines. Quand je suis sur PC, j'ai l'impression de travailler, alors que sur mes machines je joue ! Après le résultat est la ... on peut vraiment travailler de manière très précise en MAO, mais je trouve que cela donne une musique moins vivante. Et à regarder jouer... je n'y adhère pas ! voir quelqu'un qui joue avec un contrôleur MIDI ne me passionne absolument pas !

Le gros côté pratique de la musique assistée par ordinateur, c'est le gain de poids et l'encombrement général qui permet d'aller jouer loin de chez soit. Moi, il faut que je remmène 3 flycases remplis de machines pour jouer. C'est très contraignant mais une fois que je suis installé, devant le son, c'est un régal !

 

Klark D : dernière question te concernant, à quand ton prochain Live Act ? déjà une date de prévue ?

Oui toujours une prochaine date de prévue !!! la ce sera dans une teuf 100% live, le 03 Septembre prochain... 

 

Klark D : pour conclure, une petite série de questions cool :

1) Un artiste, un sound system, un label ou un morceau que tu adores ?

Le label Stay Up Forever : ils sont tous là les anciens !

 

2) un track, (sur skeud), made by asHeR, pour déchirer le Dancefloor ?

Il y en a beaucoup héhéhé !

Mais un bon coup de Frog's Revenge ou de Burn Out, ça marche plutôt bien...

 

3) ton morceau préféré pour un debut de set ?

La danse des canards !

 

4) Klark D : un petit conseil à donner aux petits jeunes qui ont envie de s'investir dans le mouvement "Free" ?

Faites vous plaisir, et montez vous une sono de qualité ! un petit coup de pub pour HR Menuiserie, au passage hahaha ! 

 

Klark D : cliquez ici pour accéder à la page Facebook de l'entreprise HR Menuiserie ! pour ceux qui ne le savent pas encore, c'est asHeR le patron, voilou!

 

 

 

Pour conclure, je tenais encore à te remercier, Christophe, pour le temps que tu m'a accordé ! et je te félicite pour la ténacité Respect aussi pour l'image que tu a de la production de disques ! je trouve le concept "d'ouverture" de ton label très intéressant, ça va vraiment dans le sens de la culture underground, chapeau bas ! Bonne continuation et à très bientôt j'espère, pour d'autres collaborations sur notre site www.lediscographe.fr !

 

Klark D.