Pressage de skeuds !

Avec le mois d'Octobre débute une cinquième saison d'aventures musicales sur LeDiscographe.fr. Je suis évidemment très heureux de lancer cette période 2019/2020, qui s'annonce elle aussi pleine de nouveautés,  avec, en plus de notre toute dernière interview exclusive de l'artiste français Chouette MAMA, le lancement de ce nouveau format, intitulé Inside The Mix, ainsi qu'une autre belle surprise : l'arrivée de notre émission musicale (B-Face), entièrement dédié aux vinyles (ou presque); Quand à la V3.0 du Discographe, elle est actuellement en cours de construction (elle est vraiment sublime), et viendra acter le côté 'nouvelle formule', en temps voulu. Un mini lifting du site vient d'être effectué. Quelques mises à jour pour le passage à la 2.5. Je suis véritablement en train de passer un cap, et il y a encore beaucoup de travail, alors pour l'heure, the show must go on avec Inside The Mix ! Alors quel concept se cache derrière ce titre astucieusement choisi ? je propose que nous le découvrions ensemble, au travers du premier article de la série !

 

Mes lecteurs et followers les plus assidus le savent déjà, mes confrères et moi même sommes également compositeurs/producteurs de musiques électroniques. Nous en parlions peu jusqu'à présent en laissant à 99% la place à d'autres DJ/Producteurs (et notamment de 'bien plus connus)', mais cela va un petit peu changer dans les mois à venir, avec la finalisation imminente de ma première série de projets musicaux 100% persos !; Bien entendu, le contenu que nous proposons habituellement continuera son petit bonhomme de chemin sur lediscographe.fr; Je souhaite simplement me diversifier et proposer d'autres choses sur mon blog, des articles aux connotations plus... personnelles notamment.

Seulement voila, je ne me voyais pas mettre en avant mes propres productions musicales au travers des divers types de contenus que vous connaissez déjà. Car hormis le fait que la section chroniques du Microsillon n'a jamais été adaptée à la manière dont je souhaite partager avec vous mes 'avancées personnelles' en matière de MAO et autres projets artistiques, cette section est avant tout dédiée aux divers labels et artistes indépendants, que nous découvrons ensemble tout au long de l'année... Comme je viens de l'indiquer, le but de cette série d'articles est de partager avec vous ma vision artistique et technique de mes propres productions musicales : cela n'avait donc aucun intérêt de placer des dossiers du genre dans la rubrique 'Previews', par exemple. Avec Inside The Mix, vous découvrirez plein de choses : pourquoi et comment suis-je arrivé à tel ou tel résultat ? Que voulais je faire ressortir de telle ou telle composition ? Quelle technique ais-je éventuellement utiliser pour en arriver la ? En somme, 'l'envers du décors', l'intimité d'un MAOiste partagée sur la toile, pour tous les amateurs de zik électronique et les compositeurs (débutants ou confirmés) qui en veulent ! Voila le cheminement d'idées qui m'a finalement poussé à me lancer dans l'écriture de ce tout premier numéro d'Inside The Mix, disponible dans la rubrique portant le même nom !

Aujourd'hui, on va discuter de deux tracks en particulier, issus d'une toute nouvelle série de projets audio aussi diverse que variée, et dont je reprenais en mains les plus anciens morceaux aux alentours de la fin 2016; Je travaille toujours sur cette série de projets audio... et notamment sur des fichiers plus intéressants encore et surtout, plus avancés techniquement parlant ! Et comme les deux premiers tracks finalisés (les plus anciens après Jumpin Moving, que j'ai eu l'occasion de presser sur l'Astroprojekt 07 en 2007, sous mon ancien nom de scène qu'était KyFTeK), ont récemment débarqués dans les bacs, sur les vinyles Asile Techno 01 & 02 (je remercie encore une fois Rog pour son projet de label, et l'opportunité qu'il m'a donné), et bien nous allons commencé avec ceux la. Plus bas dans l'article, je laisserais la parole à l'artiste et ex-contributeur de ce blog, Micky SleepingWater, qui, avec son collègue Djé, ont produit le track 'Tribrozerzone' également disponible sur Asile Techno 02. Ces deux vinyles étant des Various Artists, j'ai, en effet, souhaité donner l'opportunité à chacun des producteurs figurants sur ces deux skeuds, de partager à mes côtés, leurs visions artistiques et techniques, rapport à leurs propres projets audio; Le soucis, c'est que tout le monde n'est visiblement pas à l'aise avec ce genre d'exercice... Très peu ont répondu à la proposition par la positive, souvent par manque de motivation... Je respecte leurs choix, mais à mon humble avis, il est dommage pour eux de ne pas saisir cette opportunité... De toute manière, le temps me manque beaucoup trop pour essayer de motiver d'avantage les gens à écrire par, et pour eux même. J'ai donc laissé tomber. Pour conclure cette (trop longue) introduction, j'espère sincèrement que cela vous plaira, parce qu'après tout, dans cette série d'articles, il y en aura des choses à aborder^^!

 

The KafarnaOhm story :

 

 

 

Pour la série des Asile Techno, Rog souhaitait marquer le coup avec des morceaux certes orientés Techno, mais sortant réellement des sentiers battus. En effet, ce concept est l'essence même du label Asile Techno, qui est une subdivision d'un label peut être moins accessible au commun des mortels, j'ai nommé Asile Audio. Si l'exercice ou plutôt le défit, me paraissait, dès le départ très intéressant à relever, il n'a pas été aisé pour ma part d'arriver à mes fins car, si je qualifie volontiers ma vision de la musique électronique comme étant underground, (puisque je n'écoute pas de tracks commerciaux façon 'David Guetta' par exemple), tout cela reste totalement subjectif ! En effet, si vous êtes du genre à écouter du Merzbow tous les jours, il est clair que mes sensibilités musicales dites underground vous feront clairement sourire ! Ceci étant, chacun ses goûts même si je suis tout autant capable d'en écouter, du Merzbow... seulement ce ne sera que très, très, très occasionnellement ! Donc concevoir un track Techno tout en sortant des sentiers battus, cela m'a demandé un effort supplémentaire... qui m'imposa de sortir de ma zone de confort : au final, un mal pour un bien !

Concernant la piste KafarnaOhm, disponible sur Asile Techno 01 (le vinyle est sortit en Avril 2019 chez tous les bons disquaires), il faut savoir que je ne suis pas vraiment parti d'une base 'vierge'. En effet, j'avais gardé dans les méandres de mon disque dur, quelques boucles audio dont je ne savais pas quoi faire après leurs conceptions. Je les avaient exportées au format *.wav et stockées en vrac, en attendant de les ré-utiliser éventuellement dans un projet futur. Je pense notamment à une partie de la structure rythmique, ainsi qu'à la nappe de voix mystérieuse qui arrive dans la partie principale du morceau. Celui ci n'a d'ailleurs pas été conçu de la manière la plus ''conventionnelle''; En effet, pour les besoins du track (et parce que je souhaitais également expérimenter des trucs), la conception de celui ci passa par deux DAW en ma possession. En fait, je travaille principalement avec Reaper, c'est ma station de travail audio-numérique préférée (et de loin), mais je possède également Ableton Live 9.1 Lite. Et je tiens à le préciser tout de suite : tous les logiciels et plugins VST dont je dispose sont des versions légales (soit achetées exprès, soit fournies avec mon hardware -> contrôleur Arturia, interface audio Focusrite et/ou Behringer...), ce qui m'a permis d'amasser pour vraiment pas cher, l'ensemble des softs que vous verrez ci-dessous (et plus encore). J'aurais sans doute l'opportunité de reparler de tous ces softs dans un prochain hors série...

Donc KafarnaOhm fait partie de ces tracks que j'ai conçu à l'aide de deux DAW : Ableton Live pour l'élaboration de la structure principale du morceau, sa colonne vertébrale en somme, et Reaper pour absolument tout le reste ! De toute manière, Ableton Live en version lite me limite à l'utilisation de huit pistes (audio et/ou midi), et surtout, ne me permet pas de charger tous mes plugins VST externes à l'ouverture du soft... Du coup, toutes les limitations techniques d'Ableton Live Lite, je les outrepassent avec Reaper ! D'une manière générale, c'est le logiciel que j'utilise le plus. Je suis très alaise avec, d'autant plus que son rapport qualité/prix à été une véritable révélation à mes yeux : aucune limitation technique n'est imposée, pour une DAW à 80 €, c'est le pied ! Mais nous aurons l'occasion de revenir la dessus, au travers d'un hors série d'Inside The Mix... ça sortira dans les prochains mois. J'y ferais un comparatif entre les deux logiciels de création audio. Mais pour l'heure, revenons en à nos moutons...

 

 

Le track débute avec un sample assez long (j'aime bien ce type d'échantillon quand il s'agit de poser l'ambiance), dans lequel on entend un jeune homme essayant d'entrer en contact avec la terre, depuis la Station Spatiale Internationale (ISS). Au passage, je vous invite à trouver de quel film est issu cet échantillon sonore, très peu connu que je sache, et dont le style flirt avec la science-fiction et la métaphysique d'une manière assez intéressante. Un petit indice ? c'est un film trouvé au hasard sur YouTube, il était gratos, et pourtant, il ne s'apparente pas à un gros navet... J'ai été particulièrement surpris par son ambiance et son histoire, mais également par sa bande son plutôt pas mal.

Je me suis ré-approprier cet échantillon en l'agrémentant d'une Reverb que j'aime beaucoup : la TSAR Reverb de chez Softube (c'est l'une des boites de conceptions de plugins VST que je préfère, et de loin, vous le constaterez assez facilement à la longue). S'en suit l'arrivée d'une nappe de synthé typée leads, que j'ai composée à l'aide de l'Analog Lab d'Arturia (version fournie avec le contrôleur Beatstep standard). J'aime beaucoup ce soft, car même s'il ne s'agit pas d'une version 'full', les divers patchs disponibles (+ de 6500 de tête) permettent déjà, avec un petit peu de bidouillage, quelques techniques bien à moi, et un certain travail sur le séquençage, l'obtention de boucles sonores puissantes, efficaces, avec un véritable grain, le tout dans un laps de temps réduit, et ça c'est cool quand on est un blogger qui manque de temps ! Autre précision : c'est à l'aide d'un patch de Buchla Easel V que j'ai obtenu cette boucle (au départ en midi, convertit en wav par la suite). J'aime beaucoup le Easel V : c'est un instrument aux sonorités atypiques, qui ne se livre pas facilement mais la manière dont il fonctionne (le vrai, comme ses diverses émulations softwares), ainsi que son design, et ses sonorités véritablement particulières, tout cela m'apporte encore à ce jour un 'plus' au niveau artistique. Ci dessous une capture d'écrans (les deux) issue du projet KafarnaOhm dans sa deuxième phase, après export des pistes issues de Live!, sous Cockos Reaper :

 

 

Le premier screenshot (écran no°1), nous présente la table de mixage de Reaper, ainsi que trois de mes plugins préférés : La Reverb TSAR, le Saturation Knob de Softube, et enfin, l'EQ Red 2 Focusrite à quatre bandes (excellent au passage !). La principale difficulté rencontrée dans ce projet, a été le placement des sons dans le champ stéréo, afin d'obtenir quelque chose d'à peu prêt équilibré, et surtout, en donnant du 'liant' à l'ensemble des pistes. Il faut savoir que depuis la création de ce morceau justement, dans la majorité des cas, je resample en audio la plupart de mes propres boucles midi. Pourquoi ? et bien pour la simple et bonne raison que cela donne justement plus de corps à un même projet finalisé; Cela permet de 'gluer' (ou de donner du liant si vous préférez) à l'ensemble de mes sonorités une fois qu'elles jouent l'une par rapport à l'autre. L'ensemble sonnera d'une manière beaucoup plus naturelle qu'en mélangeant purement et simplement des pistes audio et midi. Le resampling apporte également une plus grande finesse dans le réglage de vos volumes et de vos effets, cela permet donc de sculpter vos sonorités le plus efficacement possible, et dans les meilleures conditions. Sans compter qu'à la longue, c'est également moins de charge CPU pour votre ordinateur... Voila c'est un petit truc que je vous donne comme ça, c'est gratos ;-) Et ça n'a peut être pas l'air de grand chose, mais dans mon entourage proche, personne n'utilise le *.wav comme cela... Si vous n'y avez jamais penser, essayez par vous même et vous verrez. Après, cela reste, pour ma part, un choix technique ET artistique. 

Pour KafarnaOhm, la solution passa également par une égalisation revue et corrigée (rapport à celle de live!) - plusieurs essais ont été nécessaires - en sus de l'ajout d'une saturation sur la piste de l'échantillon 'Mystic Voice'. L'utilisation du Kit Core 909 enregistré sous Ableton m'avait également posé des problèmes... et vous allez rire mais non, effectivement à cette époque (pas si lointaine que cela), je n'utilisais pas la compression parallèle... Alors forcément pour les rythmiques, c'était encore plus compliqué de les équilibrées par rapport au reste du projet ! Oui je sais, certains d'entre vous me lanceraient sans doute des pierres (et je les comprends), mais en réalité, je me suis toujours débrouillé sans comp. para. et cela ne m'a jamais empêcher de produire du son ! Maintenant c'est très différent... je ne peut plus vivre sans compression N.Y à l'heure ou j'écris ces lignes ! ndlr^^ !  Petite parenthèse comme ça : contrairement à ce que beaucoup de gens disent, le moteur audio de chaque DAW peut sonner différemment... Sur Audiofanzine par exemple, les gens vous diront tout l'inverse (sauf certaines personnes sur la partie forum) mais perso, je constate bien une différence de retranscription audio d'un échantillon donné entre Live et Reaper,  notamment en terme de 'grain sonore' (en utilisant les mêmes traitements audio). En tout cas, concernant KafarnaOhm, il m'a fallu recalibré la plupart de mes pistes par le biais d'EQ Red 2 et de ReaEQ supplémentaires... encore une fois, ce morceau a été conçu bien avant l'apprentissage des mes dernières techniques de mixage et de mastering... En matière de MAO, on n'a jamais finit d'apprendre et d'évoluer, et c'est ça qui est cool dans cette discipline ! Ceci étant, si j'avais à reprendre (par obligation) le morceau aujourd'hui, il ne ressemblerait plus du tout à ce à quoi il ressemble actuellement, et qui plus est, je procéderais d'une manière bien différente (hormis pour le resampling !). 

Concernant le screenshot no°2, il s'agit de la partie séquenceur de Reaper, autrement appelé mode cession dans Live! (si je me souviens bien). Personnellement, l'ergonomie du séquenceur en question, je la trouve plutôt pas mal fichue et surtout très poussée en terme de possibilités techniques; C'est souple et très pointu à l'utilisation; Peut être bien plus que dans Live! d'ailleurs. Mais d'un autre côté, l'ergonomie du séquenceur d'Ableton est bien meilleure quand il s'agit de produire de la musique électronique pure et dure, tout simplement parce qu'il a vraiment été conçu dans cette optique, le tout avec une efficacité et une rapidité déconcertante (mais c'est juste une histoire d'habitude au final hein). C'est vraiment ce que je retiens du séquenceur de Reaper...Et puisque toute la structure de KafarnaOhm a été jouée en direct, dans Live 9.1, je n'ai pas réellement éprouvé de réelles difficultés à ce niveau... il suffisait simplement de caler mes boucles dans Cockos Reaper, au bon tempo. Enfin, l'idée derrière le track, était d'amener doucement l'auditeur dans un univers mystérieux, ou mystique; Avec un petit côté Space opéra et spiritualité... Petite pointe d'amertume tout de même en ce qui me concerne; En effet, je n'avais procéder à aucun traitement de mastering quand le label à récupérer le track KafarnaOhm. En écoutant les tracks de mes collègues, j'ai constaté une différence sonore... malheureusement, il y a eu cafouillage, malgré mon avertissements et du coup, le niveau de volume de ce track n'est pas le même que pour les autres morceaux disponible sur AST01, ce que je trouve particulièrement dommage... c'est comme ça, mais c'est pas faute de l'avoir remarqué à temps, et d'en avoir fait par aux gens concernés.  Et à ce moment précis, je me rend compte du fait que cet article est déjà bien trop long ! Je vais devoir abréger dès maintenant vos souffrances... n'est ce pas ? :-) Après tout, il faut encore que je vous parle de mon second track sur AST02 : Vinyls Rythmik ! Mais promis, ce sera moins long ! 

 

The Vinyls Rytmik story :

 

 

Alors le Asile Techno 02 est sortit en Juillet 2019, et j'en suis très heureux car tous les morceaux qui y sont disponibles vont super bien ensemble ! Au niveau technique, ce skeud est sacrément bien fichu ! Il est clair que le label a évolué depuis sa première production, sortie en Avril 2019 (AST01). Concernant ma modeste contribution à ce disque, Vinyls Rythmik est une piste audio qui me rappelle 'la bonne époque' : celle des teufs d'avant la loi Mariani (nostalgie quand tu nous tient) ! Il s'agit d'un morceau ''pure Tribe'', que j'ai conçu en essayant de respecter au maximum 'le côté traditionnel' du genre; Vinyls Rythmik est aujourd'hui qualifié 'd'oldschool' et de 'real Underground', mais à l'époque, c'était juste la base en matière de Tribe/Pumpin Tribe...  Cet article étant déjà bien assez long, je vais essayer de faire un peu plus court :

Les personnes qui me sont proches connaissaient déjà ce track... Depuis le moment ou il tournait en soirée, sur l'une des mes premières compilations 'fait maison' (je gravais des CDs à l'époque sur lesquels je compilais mes derniers tracks -> voir H5N1 & H5N2 notamment, les potos savent). Tout cela ne date vraiment pas d'hier... En effet, Vinyls Rythmik a été produit par votre serviteur il y a maintenant plus de 15 ans en  arrière ! Oui, oui vous avez bien lu ! Il a été conçu sous Ableton Live 5.0.1 (STD). Cela ne nous rajeunit pas, au contraire ! Vous comprendrez d'ailleurs aisément pourquoi je ne peut fournir de capture(s) d'écran concernant ce projet audio... La machine sur laquelle je produisais à l'époque n'est plus de ce monde mais elle a bien vécue... Je l'avais monté moi même, comme toutes les tours que j'ai possédé. Celle ci était équipée d'un processeur AMD Athlon 64 3500+ et 3Go de DDR2 Corsair Dominator (c'était pas si mal pour l'époque^^) L'ensemble tournait sous Windows XP pro (Windows 2000 auparavant)... C'est également avec cette config' que j'avais produit le track Jumpin Moving pour Astrofonik sur l'Astroprojekt 07, signé sous mon ancien nom de scène (KyFTeK). A l'époque pas de SSD dans les PC, et YouTube, ça existait peut être, mais c'était encore tout pourri.  Pour l'anecdote, ce morceau est sortit à l'époque ou j'étais un grand fan des productions FKY. Les sonorités de l'artiste me bottaient tellement que j'ai souhaité lui rendre honneur en élaborant un track à sa sauce niveau sound design, le tout avec ma 'pâte' et mes humbles connaissances de l'époque. J'apprécie toujours les productions de l'artiste, même si je les écoutent moins souvent qu'auparavant. Il faut dire que la signature sonore du producteur est tellement reconnaissable entre toutes, au sein du mouvement Tribe/HardTeK, qu'aujourd'hui, j'ai l'impression que tous ses tracks se ressemblent un peu... Personnellement, ce n'est pas (ou plus) ma façon de concevoir la production audio. Vous aurez d'ailleurs toute l'opportunité de vous en rendre compte, tant mes divers projets audio dans cette nouvelle série de tracks, sont différents les uns des autres ! Bref. Ce fût une chouette expérience que de produire ce morceau ! A cette époque, FKY possédait un site internet hébergé chez Freesur lequel il partageait gratuitement des packs de samples 'à sa sauce'. Plutôt cool non ? Peu de gens étaient au courant... J'en avais utiliser quelques uns pour compléter le morceau et lui donner ce fameux côté 'FKY'. Mais ne vous y méprenez pas ! mis à part ces quelques sons ressemblant à ce que FKY pourrait lui même utiliser, tout le reste est issu des mes propres créations : rythmique(s), la nappe mélancolique, la boucle de Drum & Bass... etc... Au final, ce fût une ébauche de passionné plus qu'autre chose. J'aime beaucoup le côté foufou de ce track (il est d'ailleurs beaucoup plus rapide en bpm que ce que je produis actuellement. Vous verrez cela avec les prochains numéros d'Inside The Mix); Vinyls Rythmik, ce sont ses défauts qui font la plupart de ses qualités. Son côté 'viva la distorsion' me plait bien à vrai dire... Et puis en ce temps lointain, le 0 dbfs m'importait peu. Pour ma part, à l'époque, ça faisait partie du style...

Il y aurait sans doute d'autres choses à dire et à écrire sur Vinyls Rythmik... mais sans images pour illustrer mes propos, ce serait un petit peu fadasse (et trop chargé) à mon goût... Qu'en pensez vous ? en tout cas, je préfère amplement vous laisser découvrir les tracks disponibles sur les vinyles AST01 AST02 par vous même, et vous laissez vous faire votre propre idée ;-) Gardez simplement en tête que les tracks qui arriveront les prochains temps seront beaucoup plus pointus (et pro(s)) dans leurs approches techniques et artistiques... Mes prochains EPs arrivent à grands pas et n'ont plus grand rapport à ceux la. Ce qui n'enlève absolument rien au charme de ces deux premières pistes, ainsi qu'à celles de mes collègues ! On peut même les considérées comme de veritabes pièces collector^^. Ci-dessous, 'en bonus', vous pouvez admirer ma tête de cake en plein live set @Traubach en Alsace. Ca date justement de la période de production de Vinyls Rythmik & Jumpin Moving... Si vous souhaitez écouter un extrait du track, je vous invite à checker du côté de chez Toolbox, car je n'ai malheureusement pas encore eu le temps d'uploader la démo track sur mon SoundCloud. Ca viendra plus tard, avec la toute nouvelle version du site, ma priorité actuelle étant justement le passage du discographe à l'ère 3.0 (et ça va être du lourd de chez lourd, croyez moi sur pièce !).

 

 Votre serviteur, Klark D., en plein liveset @ Traubach il y environ 15 ans^^ ! Quelle tête de zboub... :-)

 

Micky SleepingWater pour l'AST02 : 

 

Pour 'Tribrozerzone' nous avons souhaité revenir aux sources de la Tribe 'Oldschool'; Djé avait envie de composer un morceau comme on en faisaient avant : simple et efficace. On est donc partit d'une base assez minimaliste en prenant soin d'apporter de nombreuses variations sur les fréquences du track. De fil en aiguilles une première trame est apparue. Au début il y a d'abord une nappe de synthé qui me faisait penser un peu à une sorte 'd'hymne' que l'on retrouve également dans deux autres passages du morceau. Personnellement, ça me plaisait bien... Ca donnait un esprit 'Rave' qui me plaisait en tout cas. Mais au fur et à mesure, Djé était de moins en moins convaincu par ce premier essai. Du coup lors d'une autre séance studio, on a cherché des variations et on a fini par farfouiller dans ce qu'on avait niveau synthé(s) histoire d'apporter une touche acidulée au track. C'est un truc génial que de chercher une nappe genre Acid avec un bon vieux pote de teuf... tu passes souvent par des moments excitants et euphorisants... probablement liés à l'accumulation de souvenirs autour de ce type de sonorités dans nos esprits de vieux coureurs de caissons ndlr^^ (rire). 
 
Du coup, après quelques essais, on a fini par se mettre d'accord et on est partit la dessus. D'ou le ''Finally we prefer Acid Mix''. Par la suite, on s'est vu pas mal de fois et on a conçu plusieurs variations du track... Nous en avons gardé trois et exporter une seule mais il y a aussi un remix d'une quinzaine de minutes que l'on envisage de sortir au moins au format numérique. Comme on a pour ambition de produire un live-act Tribe sous le pseudo (en duo) TribroZerZon a appelé le track One car c'était notre première collab' ensemble, après pas mal d'années de festivités communes. Nous espérons que ce live-act pourra voir le jour très prochainement. Djé a déjà commencé à se pencher dessus contrairement à moi qui manque de temps libre en ce moment...
 
 
Le mot de la fin :
 
Pour conclure, je tenais à dire que j'ai pris pas mal de temps à écrire cet article, mais c'était vraiment cool de m'y atteler ! J'espère que ça vous plait, parce que je compte en écrire d'autres ! et des plus intéressants encore ! Ce numéro 1, c'est plus de 20 heures de travail (sans compter la mise en page et les corrections) et plus de 4300 mots ! Cette série d'articles ne rentrera jamais à 300% dans la partie technique pure et dure car le but de ce contenu est de rester 'accessible' à un maximum d'internautes et donc de toucher un maximum de lecteurs potentiels. Si par malheur j'abordais trop la partie technique, en m'enfonçant loin dans le détail, je perdrais beaucoup de lecteurs au passage... Et c'est bien pour cela justement que j'ai débuté l'écriture d'un ebook qui sera uniquement axé MAO et techniques pures et dures. Il faudra être patient car d'autres projets doivent être finalisés avant celui ci, et je tiens vraiment à en faire une belle bible de trucs et astuces de MAOistes, pour celle et ceux qui veulent vraiment gagner du temps dans l'apprentissage de techniques inhérentes au monde de la création de musiques électroniques. J'ai déjà commencé, mais cet ebook est loin d'être terminé ! En attendant, pensez à partager les liens de mes articles autours de vous, et (pourquoi pas) parlez de notre travail un peu partout ! ;-) C'est important pour la suite.
 
Dernière chose : l'émission du site lediscographe.fr intitulée 'La Face B' (ou B-Face pour les intimes) est enfin disponible ! la première est sortie pour la rentrée, en Septembre. Un nouveau moyen pour les internautes de découvrir des disques, des labels et des artistes au travers d'un podcast mensuel d'environ 45 / 50min (c'est en tout cas l'objectif que je me fixe). En attendant la prochaine, je vous souhaite une bonne journée, une bonne soirée (ou ce que vous voulez), et je vous dit à très vite sur www.lediscographe.fr !
 
 
 Klark D.