0
DJ KoolHerc
Histoire de la musique électronique

Le Breakbeat et ses dérivés

Salut les discopotes ! Ici Micky Willis, qui revient aujourd’hui pour vous parler de Breakbeat (entre autres) ! Cet article s’inscrit dans la droite lignée de la série Histoire de la musique électronique, dont le but est de vous présenter les genres majeurs de l’Electronic music.

Débutons cette article à l’aide d’une mini définition :

Le Breakbeat désigne un courant musical électronique caractérisé par la présence de rythmes binaires, très syncopés, et l’utilisation intense de polyrythmies.

Du coup, vous vous posez peut être la question suivante : ”c’est quoi la polyrythmie ?” Et bien voilà : la polyrythmie consiste à superposer plusieurs rythmes d’accentuations différentes. Exemple, des rythmes binaires et ternaires :

Dans les musiques électroniques dites ”breakées”, le motif rythmique d’un track retourne à sa position initiale au bout d’une période de 12 temps seulement (3×4 temps sur 4×3 temps), en lieu et place des huit à seize temps ”linéaire” que l’on retrouve notamment dans la House et la Techno music.

Breakbeat : quésaco ?

En anglais, ”Breakbeat” signifie littéralement ”rythme cassé”. Ces influences électroniques s’opposent aux courants plus classiques de par la composition de leurs rythmiques. Les drums dont s’inspirent les musiques breakées (et notamment le Beakbeat) sont initialement issus de la Funk. D’ailleurs, des exemples précurseurs aux mouvances Break figuraient déjà dans de nombreux accompagnements musicaux d’artistes Funk et Soul réputés tels que James Brown, Herbie Hancock et Lyn Collins.

La musique électronique dite ”breakée” a été créé aux États-Unis par le DJ Hip-Hop nommé DJ Kool Herc, dont la technique consistait à passer en boucle un même extrait de chanson sur lequel il ajoutait la basse et les percussions. Disons que l’artiste américain a très vite compris que le public réagissait mieux aux passages instrumentaux rythmiques…

DJ KoolHerc

Dérivés, développés :

Le Breakbeat et ses dérivés se sont essentiellement développés en Angleterre, dans le courant des années 90. La mouvance a évolué vers le Dubstep, qui est bien plus rependu de nos jour. Le style Breakbeat est conçu à sa base, avec un rythme dit ”cassé” (ou syncopé), que l’on peut également retrouver dans le Rap ou le Hip-Hop. Les genres breakés sont très diversifiés. Citons quelques variantes : l’Acid Break, le Big Beat, le Breakcore, le Broken Beat, la Nu-Funk, la Nu School Breaks, ou encore la Progressive Breaks.

Pour exemple, l’Acid Break se caractérise par des sons Acid typiques, issus du fameux synthétiseur Roland TB-303. L’un des premiers morceaux dans le genre Acid Break est signé Zak Baney et date de 1987. Le Big Beat, quand à lui, se caractérise par un mix de divers styles musicaux incluant notamment la Techno, le Rock, le Hip-Hop ou encore, l’Acid House. Bien que le terme Big Beat soit peu connu du grand public, ce mouvement musical représente une importante facette commerciale de la musique électronique dite breakée…

En effet, le Big Beat a été utilisé de manière assez importante dans des film et dans des spots publicitaires à gros budget. Le terme est également utilisé depuis le milieu des années 1990 par la presse britannique pour décrire la musique d’artistes et groupes tels que The Prodigy, The Chemical Brothers, The Crystal Method, Cut La Roc, Fatboy Slim, Groove Armada et Propellerheads.

Breakcore, Breoken Beat et consorts…

Le Breakcore est un genre de Techno/Hardcore aux rythmiques syncopées ayant émergé au milieu des années 1990. Il se caractérise par l’utilisation de kicks distordus, de breaks, et d’une large palette d’échantillons, joués à un tempo plutôt accéléré. Il est aussi un dérivé des genres Techno/Hardcore, Drum and Bass, Digital Hardcore (ainsi que de la scène bruitiste, et industrielle).

Le Broken Beat ou “Bruk” est un style aux influences Jazz ayant émergé au Royaume-Uni à la fin des années 90′. Le genre est constitué d’un rythme syncopé en 4/4 avec des sons de caisses claires ou battements de mains en contretemps. Toutes ces variantes électro-underground sont avant tout inhérentes à l’état d’esprit, l’attitude de leur(s) créateur(s). Comme un souhait de s’extraire de schémas stylistiques pré-définis…

Comme l’explique Seiji, l’un des producteurs les plus brillants du Breakbeat :

A la longue, un rythme House music peut devenir ennuyeux. Et il est ennuyeux de faire de la musique dans un style précis et composé d’un seul et unique Beat à chaque fois. C’est pour cela que nous avons commencé à développer une musique différente : parce qu’on en avait assez des sons trop linéaires.

Seiji

Conclusion :

Les musiques électroniques breakées sont nombreuses et variées. Elles font partie des influences artistiques électroniques les plus créatifs de ces quarante dernières années, malgré le fait qu’elles soient passés, la plupart du temps, sous les radars de l’industrie mainstream (hors Breakbeat). Pour autant, cela n’a pas empêché le Broken Beat ainsi que le Breakbeat d’avoir une influence majeure aux Royaume-Uni !

D’ailleurs, je ne peux pas conclure cet article sans souligner le fait que la dance des ”Breakers”, est également issue de cet ensemble de mouvances électro-underground… Un art qui se pratique encore à ce jour, notamment dans les battles de Breakdance ! Voila, ce sera tout pour aujourd’hui !

S’il y a des amateurs de Breakbeat parmi vous, n’hésitez pas à partager vos morceaux favoris, en commentaire(s) 😉 On se quitte ici , en espérant que cet article vous aura plu^^. A bientôt, sur LeDiscographe.fr !

No Comments

    Leave a Reply

    sem, consequat. elit. ipsum mattis ut in