0
Chroniques du Microsillon

Perfusion Records : nouveau label !

Introduction :

La vie aime de temps à autre poser sur notre chemin, de ”petits bouts d’imprévus”, qui viennent subtilement égailler nos journées par leurs lots de bonnes surprises. Et en voici l’une d’entres elles ! Pour faire simple, je suis tombé sur une publication Twitter de notre ami Christophe B. (gérant de Toolbox Records à Paris) qui annonçait en grande pompe, la première release d’un tout nouveau label : Perfusion Records !

Cocorico !

C’est le label Perfusion Records, basé sur Paris (un label français donc), qui lance ce premier EP Jungle. Il s’agit d’une subdivision de la maison mère Molekül (principalement axée Techno). Et ça frappe fort par chez eux : véritables atomes de plaisir à l’état brut, les deux tracks qui composent cette première œuvre, se distinguent de ce que l’on entend d’accoutumée par des structures musicales un tantinet plus modernes : des sonorités différentes, tantôt vintages, tantôt novatrices dans leurs approches, qui vous feront perdre vos repères en matière de musiques électroniques breakées !

Tandis que la piste A01 nous plonge intensément dans l’ambiance, je citerais plutôt en exemple le track B01 [Drowning Under The Lakes] par AIROD, avec son lead typé Acid qui complète merveilleusement l’ensemble : tout simplement excellent ! Les grooves, bien construits sur l’ensemble de cet E.P, sollicitent autant nos têtes et nos cœurs… que nos jambes de teufeurs ! Et si l’on s’en délecte tant au premier abord, c’est avant tout parce que la musique distillée par Perfusion Records nous amène à une dimension musicale et stylistique différente de ce que l’on connaît déjà. C’est l’ADN de ce nouveau label !

En conclusion :

La musique distillée par cette maison d’édition française prendra littéralement possession de votre esprit, grâce à ses mélodies synthétiques épurées, ravageuses et tenaces en tête. Au bout de quelques minutes, il devient difficile de penser à autre chose qu’à ces lignes de leads atmosphériques, accompagnées de leurs rythmiques chaloupées. Revigorant comme un grand coup de brumisateur un jour de grand soleil, ce PFR01 devrait tout naturellement trouver son public. Du tout bon 🙂

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply

    Praesent Nullam nunc dolor elit. commodo eleifend ut ante. Curabitur facilisis