0
Histoire de la musique électronique

The Jungle and Drum & Bass Story

Né au Royaume-Uni au début des années 90 dans le cadre des scènes Raves britanniques, les rythmiques libres de la Jungle et de la Drum & Bass sont rapidement devenues la bande-son des années formatrices pour de nombreux DJ/producteurs spécialisés. Retour sur l’une des périodes créatives les plus intenses de l’Histoire de la musique électronique : la base du mouvement Bass Music !

Période ultra-créative :

Une avalanche de caisses claires, des subbass de ouf, qui pulvérisent votre cage thoracique, des divas possédées se lamentant dans l’abîme. Des fragments de Funk, des éclats de Techno, des touches de Dance-hall, de la polyrythmie… ce ne sont que quelques-uns des ingrédients inhérents aux genres en question. La Jungle reste de loin l’un des sons britanniques les plus grisants qui soit, toutes périodes confondues !

Conçue au début des années 90 par une nouvelle génération de talents, un grand nombre d’artistes, de DJ et de maisons de disques se sont engouffrées dans la brèche. Issus de la scène Hardcore Breakbeat, les genres Jungle & Drum & Bass se caractérisent par des rythmiques rapides & breakées (souvent entre 150 et 200 bpm), des lignes de basse doublées, des boucles de percussions fortement syncopées, des samples, ainsi que des effets et des sons synthétisés. Les longues séquences de caisses claires à décalage de tonalité sont monnaie courante, notamment dans la Jungle de la vieille école (oldschool)

Similitudes avec le Hip-Hop :

Le terme “Jungle” serait apparemment issu du terme “Junglist”, qui désignerait les habitants d’Arnett Gardens, une région de Kingston en Jamaïque. A ces débuts, le mouvement était considéré comme une forme d’expression culturelle pour la jeunesse urbaine de la classe inférieure Londonienne. Au début des années 90, le Royaume-Uni ”post-Thatchérien” (dont je parlerais dans d’autres articles), avait laissé de nombreux jeunes citadins privés du droit à la fête libre, et déçus par une société… liberticide.

La Jungle a été inventée afin de refléter tout cela. Le genre se veut plus sombre et moins euphorique que la plupart des autres styles diffusés dans les Raves Party’s de l’époque. La Jungle music est également considérée comme une véritable alternative au Hip-Hop, style musical tout droit venu des USA.

D’ailleurs, le genre partage de nombreuses similitudes avec le Hip-Hop . Les deux sont produits avec les mêmes équipements : échantillonneurs, boîtes à rythmes, microphones et séquenceurs. En outre, ils contiennent les mêmes éléments, comme par exemple, le côté complexe des parties rythmique (leurs répétitions s’accompagnant de subtiles variations), l’intérêt mélodique pour les basses fréquences ou encore les ruptures de tonalité et/ou de temps.

La science du Breakbeat :

L’arrivé à maturité du style Jungle coïncide avec la facilité croissante de produire de la musique sur ordinateur, outil permettant de couper, traiter et réorganiser des beats d’une manière plus poussée. Les producteurs ont commencé à construire méticuleusement des rythmes breakés à partir de rien et ceux, avec une extrême précision, en séquençant un ensemble d’échantillons individuels. De plus, la basse mélodique et texturée différencie la Jungle et ses variantes des structures sonores plus conventionnelles – mais non moins palpitantes – de la musique électronique plus traditionnelle.

Le style Jungle atteindra son apogée entre 1994 et 1995. Pendant cette période, le genre généra un certain nombre de hits au Top 40 du Royaume-Uni, et possédait même sa propre Lovemobile dédiée à la célèbre et mythique Techno-parade. Cette musique engendrera une série de compilations CD plutôt conséquente. C’est finalement à la fin des années 90 que le mouvement fut corrompu par les majors commerciales, pour finir dans une certaine forme de clandestinité…

Conversion Drum & Bass :

C’est à ce moment que la Drum & Bass a émergé. Entre 1996 et 1997, un son moins influencé par le Reggae, et encore plus dark arriva sur scène. Les pistes influencées par le Hip-Hop et le Jazz domineront alors les clubs de cette période. Citons notamment Dillinja, Roni Size, Die, Hype, Zinc, Alex Reece et Krust, qui ont tous joué un rôle déterminant dans la métamorphose du son Jungle. À la fin 98, les sonorités des diverses variantes de Bass Music avaient considérablement évolué…

Le terme “Jungle” est souvent utilisé comme synonyme de Drum & Bass, en particulier aux États-Unis. Un mouvement Underground florissant produisant de nouveaux tracks, dans le style des années 1990 a permis à quelques producteurs de Jungle sortant du lot de se faire un nom… Tout en provoquant un véritable enthousiasme pour ce son original !

La renaissance de la Ragga Jungle en Amérique du Nord en 2001, a également vu naître nombre de nouveaux noms qui porteront haut le flambeau de la Drum. Krinjah, RCola et Chopstick Dubplate ont fait avancer les choses avec des remixs ‘junglized’ de classiques du Reggae souvent produits avec la participation des chanteurs originels !

Pour conclure :

La scène Jungle du Royaume-Uni, bien qu’Underground, a connu une popularité constante et croissante. En particulier grâce à des rythmes toujours plus modernes tels que ceux apportés par le style Drum and Bass et bien entendu, par le Dubstep (on en reparlera dans un futur numéro d’Histoire de la musique électronique !). De nombreux DJ de la scène originale, tels que Ray Keith , Goldie, LTJ Bukem, Bay B. Kane, Congo Natty, Dillinja, Dom & Roland, Remarc, Kenny Ken, Doc Scott et Slipmatt continuent d’ailleurs de se produire sur de nombreuses scènes internationales, en mixant ou en livant LE son original, produit entre 1993 et 1999 !

Depuis cette époque, y compris en France, de nouveaux genres de Bass Music parfois moins conventionnels et plus abstraits ont proliféré. J’en veut pour exemple, le son du récent label Perfusion Records, basé à Paris, que l’on vous présente au sein de cette chronique du Microsillon. Le mouvement Bass Music avec les styles Jungle et Drum & Bass ainsi qu’avec leurs diverses variantes ont, au final, réussies à perdurer dans le temps, pour le plus grand bonheur des amateurs et passionnés de sonorités breakées^^.

No Comments

    Leave a Reply

    Aenean consectetur risus. Praesent neque. eget felis commodo suscipit accumsan ipsum